Bannière Commanderie d'Épailly

Bannière pou rmobile

Un patrimoine médiéval préservé

Un lieu d'échanges et d'études


Vue des champsL’ordre du Temple créé à l’initiative de chevaliers venus en Orient avec les croisades au début du XIIe siècle, est reconnu comme un ordre religieux par l’Église romaine en 1129 lors d’un concile réuni à Troyes. Ayant pour mission de protéger les pèlerins se rendant à Jérusalem et défendre militairement les États latins d’Orient créés après la première croisade, l’ordre devait mobiliser d’importantes ressources humaines, matérielles, financières, qu’il ne pouvait trouver qu’en Occident. À cet égard, Épailly est un remarquable exemple de ce qu’étaient une maison et un domaine de « l’arrière » templier.

ImplaPortail de la chapellentée aux limites de la Bourgogne et de la Champagne, qui furent le berceau de l’ordre du Temple en Occident, la maison d’Épailly, sans doute existante à l’extrême fin du XIIe siècle, reçut des seigneurs de la région des biens nombreux et variés qui permettent de la considérer en 1214 comme la « maison de la chevalerie du Temple qu’on appelle Épailly », soit une commanderie, structure de base dans l’organisation territoriale templière; la splendide chapelle gothique, érigée en ce début du XIIIe siècle, atteste par son ampleur, de son importance. Les donations et les achats se poursuivent au XIIIe siècle : un inventaire dressé en 1308, peu après le début de l’affaire du Temple, donne un aperçu très concret des terres, redevances, droits et justices rassemblés par les frères du Temple autour d’Épailly, avec principalement les villages proches de Courban, Bissey-la-Côte, Louesmes et Layer.

Tête de templierEn 1307, le roi de France fait arrêter les templiers de son royaume et saisir leurs biens. À la suite d’une longue procédure, l’ordre du Temple est supprimé en 1312 et ses biens remis à l’ordre des hospitaliers de Saint Jean de Jérusalem, depuis peu installé dans l’île de Rhodes. Celui-ci toutefois n’entre réellement toutefois en possession d’Épailly qu’en 1328. La commanderie va jouer un rôle important dans la vie de cet ordre avec la formation du prieuré de Champagne, par démembrement du grand prieuré de France. L’un des premiers prieurs de Champagne, Ferry de Fougerolles réside à Épailly et est inhumé dans la chapelle. D’autres grands prieurs y éliront domicile et des chapitres généraux du prieuré s’y réuniront épisodiquement. Guerre de Cent ans oblige, le domaine est fortifié. 

On connaît ensuite l’histoire d’Épailly par les procès-verbaux des visites prieurales effectuées irrégulièrement durant les trois siècles de l’époque moderne. La description des lieux, des bâtiments, des réparations ou des démolitions en constituent le fonds. L’on suit particulièrement le destin de la chapelle, dont la vaste nef à six travées est unique parmi les constructions similaires des templiers et hospitaliers. Menacée de destruction, mise à mal par sa vente comme bien national à la Révolution mais finalement sauvée par son utilisation comme grange dans le grand domaine agricole dont elle est le centre, la chapelle fut inscrite à l’inventaire des monuments historiques au XXe siècle, et sa restauration est en cours.

Alain Demurger
Maître de conférences honoraire à l'université de Paris I Panthéon-Sorbonne

Copyright ©2016-2018 Commanderie de templiers d'Épailly | Tous droits réservés | Mentions légales